Législation sur l'isolation phonique

La loi sur la protection de l’environnement constitue, avec l’ordonnance sur la protection contre le bruit, la base juridique de la protection contre le bruit. Elles stipulent que le volume sonore ne doit pas dépasser un niveau dangereux pour la santé. Ce niveau est défini à l’aide de différentes valeurs dans la norme d’insonorisation SIA 181 et DIN 4109. Les niveaux de sensibilité varient entre l’environnement privé et l’environnement professionnel. Ainsi, la limite de bruit dans une zone résidentielle est nettement plus basse que dans une zone industrielle. Le moment de la journée joue également un rôle dans le niveau maximal autorisé. La nuit, il doit être plus calme, quel que soit le lieu.

Qu'est⁠-⁠ce que le son et comment se propage-t⁠-⁠il ?

Le son ne signifie pas automatiquement. Tel est le cas lorsqu’un son est perçu comme gênant. Mais qu’est-ce que le son au juste ? D’un point de vue physique, le son est une vibration qui se propage sous forme d’ondes. Selon la fréquence, nous percevons le son différemment – ou pas du tout. Les ondes sonores peuvent être réfléchies, réfractées ou absorbées. En principe, on distingue trois types de son :

  • les sons aériens
  • les sons de structure
  • les sons d’impact

Les ondes se propagent donc soit par l’air, soit par différents corps, soit par le sol ou les murs. Pour pouvoir mettre en œuvre une isolation adaptée à chaque type de bruit, il faut d’abord l’identifier. Ensuite, il est possible de mettre en œuvre des mesures d’isolation acoustique parfaitement adaptées.

Pour le bien de la santé : les arguments en faveur de mesures d'insonorisation dans tous les domaines de la vie

Le bruit rend malade. Ce n’est pas nous qui le disons :  l’Organisation Mondiale de la Santé l’a en effet prouvé. Même des diminutions les plus petites de l’audition peuvent avoir un impact négatif sur la qualité de vie. La question se pose donc rapidement de savoir combien de décibels sont de trop.

 

Le seuil de douleur de l’oreille humaine se situe à 130 dB. Cela correspond à peu près au volume d’une explosion. Dans les discothèques, on mesure régulièrement des niveaux sonores allant jusqu’à 105 dB. Sur les lieux de travail également, les niveaux sonores atteignent souvent 85 dB. Ce dernier point constitue un risque pour la santé qu’il ne faut pas sous-estimer. La plupart des gens n’assistent à des manifestations bruyantes qu’à intervalles irréguliers. Sur le lieu de travail, en revanche, ils se retrouvent régulièrement et pendant de nombreuses années. Cela diminue la capacité auditive de manière insidieuse, mais néanmoins perceptible. Il convient donc de mettre en œuvre des mesures appropriées pour protéger la santé.

 

Le bruit n’a pas seulement un impact négatif sur notre santé lorsque l’ouïe est affectée. Le bruit perturbe notre capacité de concentration et peut avoir des répercussions sur notre bien-être physique et psychique. Des études montrent qu’à long terme, le bruit peut provoquer des troubles cardio-vasculaires ou même favoriser l’apparition du diabète.

Le seuil de douleur de l'oreille

Le seuil de douleur de l’oreille humaine se situe à 130 dB. Cela correspond à peu près au volume d’une explosion. Dans les discothèques, on mesure régulièrement des niveaux sonores allant jusqu’à 105 dB. Sur les lieux de travail également, les niveaux sonores atteignent souvent 85 dB. Ce dernier point constitue un risque pour la santé qu’il ne faut pas sous-estimer. La plupart des gens n’assistent à des manifestations bruyantes qu’à intervalles irréguliers. Sur le lieu de travail, en revanche, ils se retrouvent régulièrement et pendant de nombreuses années. Cela diminue la capacité auditive de manière insidieuse, mais néanmoins perceptible. Il convient donc de mettre en œuvre des mesures appropriées pour protéger la santé.

Le bruit n’a pas seulement un impact négatif sur notre santé lorsque l’ouïe est affectée. Le bruit perturbe notre capacité de concentration et peut avoir des répercussions sur notre bien-être physique et psychique. Des études montrent qu’à long terme, le bruit peut provoquer des troubles cardio-vasculaires ou même favoriser l’apparition du diabète.

Quels sont les matériaux d'insonorisation recommandés ?

La laine minérale, les rideaux spéciaux ou les mousses alvéolaires ou acoustiques comptent parmi les matériaux d’insonorisation les plus connus. Il est également possible d’optimiser l’acoustique d’une pièce à l’aide d’absorbeurs de bruit ou de bandes d’isolation de porte. Une porte d’entrée insonorisée et des fenêtres isolées réduisent également le bruit de manière efficace. Il en va de même pour les amortisseurs ou l’isolation à l’aide de bandes d’étanchéité. Les mesures prises à l’intérieur se distinguent nettement de celles prises à l’extérieur. Les panneaux d’insonorisation résistants aux intempéries en sont un exemple réussi. Ils peuvent être placés dans le jardin et, selon le produit, être intégrés dans la clôture. Ceux qui le souhaitent peuvent combiner la protection individuelle contre le bruit avec une protection visuelle.

Ces mesures assurent une bonne isolation acoustique conformément aux normes

Qu’il s’agisse d’absorbeurs acoustiques ou de mousse, l’isolation acoustique est réussie de nombreuses manières. En même temps, l’acoustique souhaitée est soutenue par une combinaison de différentes mesures. L’installation de fenêtres antibruit en est un exemple. Les portes insonorisantes bloquent également le bruit. Parallèlement, les murs extérieurs et intérieurs peuvent être insonorisés. Il en va de même pour le plafond. Si l’on veut encore plus de calme dans un bâtiment, il est recommandé d’installer un escalier insonorisé. Si nécessaire, il peut être installé par des professionnels. A ce stade, il est toutefois important de veiller à ce que la mise en œuvre de la norme d’insonorisation soit respectée. En Suisse, elle représente plus qu’une simple valeur indicative lors de rénovations ou de transformations.

Ce terme décrit toutes les mesures visant à limiter le niveau de pression acoustique à l’intérieur et à l’extérieur des locaux. Elles réduisent la propagation du son entre la source et le récepteur.

Le bruit peut nuire durablement au bien-être et donc à la santé. Ainsi, une acoustique agréable contribue pour une part essentielle à la qualité de vie et à la capacité de concentration. Cela vaut pour la sphère privée, mais aussi pour la sphère professionnelle.

Cette porte d’entrée empêche la transmission du bruit de l’extérieur vers l’intérieur et inversement. C’est un véritable avantage pour le bien-être, et pas seulement dans les rues très fréquentées.

Les absorbants acoustiques, les panneaux acoustiques, les portes ou les fenêtres antibruit sont des moyens éprouvés pour réduire la propagation du bruit. Des éléments de décoration tels que des tableaux d’insonorisation permettent également d’obtenir un calme bienfaisant.

Les fenêtres antibruit atténuent efficacement les bruits extérieurs gênants. Ainsi, le bruit des travaux de construction d’un bâtiment ne réduit plus la qualité de vie.

Les installations de construction à sec permettent d’améliorer facilement l’acoustique des pièces. En même temps, la construction sèche permet de mettre en place une protection adaptée plus facilement qu’avec une construction massive.

La mesure d’une isolation acoustique s’effectue par fréquence à l’aide de tiers d’octave. Il s’agit d’une méthode de calcul normalisée dont les résultats doivent être comparés aux valeurs exigées par la norme DIN 4109.